Grande histoire que celle de l'huile d'Argan - car tout n'est pas toujours rose avec elle !
Bienvenue dans la jungle de l'Argan ........

huile_argan1

image de ce site

Je vais essayer de vous expliquer un peu le pourquoi du comment en réunissant ici les infos que j'ai réussi à obtenir de-ci et de-là.
Tout est parti de ma surprise en sentant mon flacon d'huile d'Argan fraîchement acquis et d'avoir l'impression qu'un troupeau de chèvres avait soudainement surgi de nulle part .... avec l'odeur qui va avec surtout !!!

Voici ce que j'ai appris par M.Claude Walterspiler de Bio Monde qui était intervenu sur ce blog lors de mon article sur le livre "Huile d'Argan, l'Or du Maroc" et qui à bien voulu répondre par mail à ma question sur l'odeur de bique de mon huile :

"Il y a beaucoup à dire sur cette belle huile. Il n'existe pas une huile mais des huiles d'argan, suivant la méthode de travail et son terroir. Je vais essayer de vous expliquer la face cachée...
Un certain nombre de fabricants opportunistes d'huile d'argan ne contrôlent pas la qualité de la récolte. Ils ne veulent surtout pas la contrôler... car de cette qualité dépend le prix.


L'affiache (le fruit de l'arganier) a la particularité d'avoir une première écorce (la drupe) une coque (10 à 15 fois la duretée de la noisette).
Pour obtenir l'amande, il faut un double décorticage si l'on veut faire du bon travail.
Les chèvres sont friandes des affiaches mais ne peuvent digérer la coque et donc l'amande. Des récoltants pragmatiques ramassent dans les crottes les coques ayant transitées par les chèvres. En terme de travail, le premier décortiquage est fait mais en terme d'odeur avec quelques fruits transités par la chèvre mélangés avec des amandes "saines" le parfum est présent. L'intérêt pour les femmes qui cassent est uniquement la rentabilité de leur temps de travail. Les amandes sont payées au kilo.

huile2

image de ce site

Des négociants pas très regardant achètent aux femmes puis revendent à des huiliers dont le seul souci c'est d'acheter le moins cher possible.
Le mélange d'amandons est rarement de 100 % transités par la chèvre, l'odeur serai trop puissante.

Actuellement, les fruits transités par la chèvre ne sont pas interdit en bio. Une méconnsaissance des modes e productions de l'huile d'argan est l'apanage des certificateurs bio qui vont au Maroc. Aucun cahier des charges public ne tient compte du problème.

chevre1

image de ce site

Une autre pratique courante est de tremper les coques dans l'eau pour "les attendrir" au cassage. Cela donne aussi une odeur et empêche la bonne conservation de l'huile.
Ces huiliers qui travaillent avec des meules modernes, chauffent les têtes de presse à 120° jusqu'à 140° et n'ont pas peur de parler de première pression à froid... ce qui n'arrange pas l'odeur, au contraire. De plus une modification des acides gras est notable.


Il existe aussi une huile dite traditionnelle. Une fois les amandons prêts, ils sont broyés sur une meule de pierre. La pâte obtenue est malaxée à la main en additionnant peu à peu de l'eau chaude pour extraire l'huile. L'eau courante est rare au Maroc. Elle est souvent du puits ou de pluie stockée dans des citernes. Ces eaux sont rarement parfaites... germes, levures, bactéries voir pollution. En théorie cette huile est interdite en Europe mais j'en voie assez souvent.

La "toxicité" de ces huiles n'est pas encore démontrer. Cependant nous savons que ces huiles ne se gardent pas bien (trois mois maximum), que leur acidité et leur peroxyde est élevé et que l'odeur va en augmentant avec le temps, que leur taux de vitamine E est bas. Personnellement, j'appelle cette huile de "spéciale divorce". Le parfum de bique ou de vieux bouc fait fuir.


L'huile d'argan bien faite est un merveilleux produit qui ce garde sans souci 18 mois. Elle n'est pas forcément plus cher que celle de chèvre. Son odeur peut être d'amande fraîche, avec des senteur d'herbes, voir de foin suivant son terroir. Extraite à 65°, elle a toute ses qualités techniques et aromatiques.

Depuis a peu près un an, une société à Lyon vend de l'huile d'Argan désodorisée pour la cosmétique qui est fabriquée à Casablanca.
Certaine production pue si fort la chèvre qu'il faut passer l'huile à la vapeur (minimum 180°) pour la désodoriser. Le pire (selon moi) c'est que cette huile est certifiée bio par Qualité-France. Si l'huile ne sent rien, elle a pourtant perdue tout ses principes vitaux ... une forte chaleur permet de stabiliser l'acidité mais au prix de sa vitalité.
Cette huile est transformée par des laboratoires cosmétiques dit "bio" qui ne s'intéresse pas vraiment à la qualité des produits finis. On dit que le bio fait vendre, alors faisons du bio.
Cette même société se vante d'avoir un arôme argan (chimique ?)."

Donc conclusion : attention à ce qu'on achète !!!
Il y a du tout et du n'importe quoi !!!!!


Voir aussi l'article de Patacaisse à ce sujet