aprikose
Puisque je suis tombée amoureuse de mon petit flacon d'huile de Noyau d'Abricot ... j'ai eu envie de vous en raconter un peu plus :


Un peu d’histoire :
Les humains connaissent l'abricot depuis des milliers d'années.
Lors de fouilles archéologiques, des noyaux d'abricot datant de plus de 6000 ans avant J.-C. ont été trouvés dans le sol de Shenchovit, une ancienne ville arménienne située près de Yerevan. L'abricot est toutefois mentionné pour la première fois dans une lettre écrite en chinois datant de plus de 4000 ans.


L'abricotier commun - Prunus armeniaca L. (Armeniaca vulgaris Lam.) provient des hautes régions montagneuses de l'Hindu Kush (Tien Shan en Asie centrale), point de convergence actuel des frontières de la Chine, du Tajikistan, de l'Afghanistan et du Pakistan. De nos jours, des forêts naturelles et de très vieux abricotiers isolés existent encore dans le Nord-Est de la Chine et au Caucase. Les Tajiks, peuple ancien de Sogdain, ont probablement été les premiers à domestiquer cet arbre fruitier.
Un siècle avant notre ère, les légionnaires romains l'introduiront en Grèce et en Italie. Toutefois, il ne sera introduit en France qu'au XVe siècle et sa culture ne s'y établira véritablement que trois siècles plus tard, à peu près à la même époque où les missionnaires espagnols l'implanteront dans le Sud de la Californie, où il sera rapidement adopté.
Aujourd'hui, la plus grande production d'abricots se fait dans les pays méditerranéens (Turquie, Iran, Espagne, Syrie, Grèce, France), tandis qu'en Amérique, ce sont la Californie et le Chili qui dominent.

abricot2

Longtemps appelé prunier d'Arménie, c'est de cette origine prétendue que lui vient le nom d'armeniaca. En effet, Linné croyait l'abricot originaire de là car les grecs l'appelaient Mailon armeniacon = Pomme d'Arménie (d'après les écrits de Dioscoride).
C'est au début du XIXe siècle seulement que sa provenance est mise en doute par les botanistes (de Salle, Koch, Tchihatcheff…).
C'est Roxburgh qui, le premier, affirme que l'abricotier est originaire de Chine et de l'ouest de l'Asie.

Le terme « abricot », qui est apparu dans la langue française en 1512, a suivi un long parcours étymologique, depuis le latin praecoquum, « précoce », par allusion au fait que l'abricotier fleurit très tôt en saison, jusqu'au castillan albaricoque, en passant par le grec, l'arabe et l'espagnol.
On lui attribue également une autre origine grecque, abros, qui signifie « délicat » en référence à la fragilité du fruit.
Enfin, les Romains l'ont également appelé aperitum, qui signifie « fruit qui se mange facilement », du fait que le noyau se détache aisément de la chair.

Le Docteur Peyre nous fait remarquer (1943) dans son ouvrage "Les abricotiers indigènes et exotiques" que les amandes amères ou douces de l'abricot offrent respectivement, les mêmes caractères organoleptiques et la même composition que les amandes amères et les amandes douces des noyaux d'amandiers.

L'huile :
L’huile de noyau d’abricot, de couleur jaune, est extraite de l’amande située dans le noyau du fruit, et s’utilise depuis fort longtemps déjà pour la cuisine comme pour l’hygiène et les soins du visage.
L'huile à l'origine est extraite des noyaux d'abricots par une technique ancestrale appelée "Kohlu" qui préserve toutes ses propriétés.

abricot       

Les médecins arabes prescrivaient l'huile extraite des noyaux d'abricot pour soigner les hémorroïdes, les maux de nez et d'oreille.
Les femmes Hounzas au Pakistan l'utilisent depuis des siècles et conservent jusqu'à un âge avancé, une peau lisse et sans rides !
Elle est employée traditionnellement par les peuples de l’Himalaya pour nourrir et protéger leur peau contre les extrêmes climatiques.

Grâce à sa haute teneur en vitamines A et B elle est hydratante, nourrissante et régénérante, elle assouplit la peau et la revitalise. L'huile de noyaux d'abricot apporte aux tissus les éléments essentiels, elle retarde le vieillissement de la peau et redonne tonus aux épidermes fatigués, ternes et flétris.
Elle est aussi recommandée pour nourrir les couches superficielles de la peau du visage et lui redonner de l'élasticité.
Très légèrement siccative et de faible viscosité, l'huile de noyaux d'abricot possède une texture légère. Elle est sans odeur et grâce à sa texture très légère, elle est facilement absorbée et ne laisse pas de film gras sur la peau. Aucun effet brillant.

Elle peut remplacer la crème de jour et la crème de nuit car elle tonifie l’épiderme et lui redonne de l’éclat. L’huile de noyau d’abricot est réputée pour améliorer le teint et raviver l’éclat de la peau. En massage le soir sur le visage pour combattre les rides et régénérer les cellules.

Mélangée à de l’argile, elle constitue un excellent masque de beauté pour régénérer et dérider l’épiderme.

217_abricot


Du coup - ben j’ai mis ma crème de nuit kkbeurk au placard pour tester les bienfaits de mon huile vierge de Noyau d’abricot ….. :o)



Sources :
http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=abricot_nu
http://perso.wanadoo.fr/association.fruits.oublies/contrib/abricotier/abrico01.html
http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/hort/news/tenderfr/tf0706a4.htmhttp://www.codina.net/cabricot.shtml
http://www.huile.com/p.ficheAbricot.fr.php?PHPSESSID=6a7678d2a904ebb233f9c1f595ddfbd7

Images :
http://assoc.wanadoo.fr/les.cuisiniers.francais/anciennes/493/08_09.htm
http://www.nutrimetics.fr/science-nature/science-nature.html
http://www.viba-online.de/produkte/vibakohlenhydratriegel.php